Mots doux pour journées de m... - Vos témoignages!

Mots doux pour journées de m... - Vos témoignages!
Crédit: https://www.instagram.com/hitaste/

À l'occasion de la Semaine Le poids? Sans commentaire!, j'ai demandé à celles et ceux qui me lisent et au gens de mon entourage de me dire comment ils se parlaient, devant le miroir, pour chasser les commentaires négatifs qui leur venaient en tête et se donner un boost d'estime de soi. Parce qu'on vient malheureusement tous d'une société qui nous enseigne à juger notre corps – et celui des autres - super durement, et tout le monde se bat contre ce réflexe-là. La meilleure façon de faire taire la voix dans notre tête, qui nous dit qu'on n'est pas assez ci ou trop ça, c'est encore de parler par-dessus!

Je vous partage donc leurs réponses, ainsi que celles des ambassadeurs de la Semaine. Hésitez surtout pas à partager les vôtres! On sait jamais, les mots que vous avez trouvés pour vous remonter le moral pourraient très bien tomber à point pour quelqu'un qui cherche encore les siens. Merci mille fois à tous ceux qui ont témoigné, vous êtes la perfection.

(Image: Vo Williams, https://www.instagram.com/hitaste #selflove)

« Mon corps, il a créé et nourri trois enfants, survécu à deux cancers et je le connais par cœur. Quand je commence à le critiquer, je me souviens de tout ce qu'il a fait pour moi. » - F.

« J'ai passé ma vie à détester mon corps. J'ai presque 60 ans et je viens juste de réaliser que mon corps et moi, on est une même entité, pas deux ennemis qui se font la guerre. Mon corps c'est moi, je suis mon corps. L'aimer, c'est m'aimer. Et je m'aime. J'ai assez mis d'argent et d'énergie pour changer quelque chose qui mérite d'être apprécié comme tel » - M.

« Je me dis juste : STFU, t'es ben correcte. » - A-M.

« Ok, so quand je me feel vraiment pas, voici mes trucs: 1- Focuser sur des affaires que mon corps peut actually accomplir. On dirait que ça m'aide de le traiter autrement qu'une simple enveloppe qui est supposée être plaisante aux yeux des autres. Mon corps peut faire des trucs nice, genre courir 4 fois par semaine même si je me suis cassé une hanche il y a moins de 6 mois et je trouve ça impressionnant. 2- Me fixer toute nue dans un miroir et fixer, tâter, toucher les parties que j'aime le moins pour me les apprivoiser. C'est rough par bout, mais c'est comme si ça me permet de m'approprier mon corps dans son entièreté. » - T.

« Quand je me sens dégueu, je demande à mes amies. Elles sont toujours bonnes pour me faire sentir comme la plus belle au monde! En les regardant, je comprends facilement pourquoi. Elles se trouvent souvent laides et pourtant elles sont parfaites. Un jour je vais réussir à me voir comme elles me voient. J'espère. » - G.

« Mon corps, il me permet d'être plus qu'un corps. » - C.

« J'ai pas de mantra en tant que tel, mais des fois, j'vais me regarder dans le miroir et me forcer à trouver les choses que j'aime de mon corps. Genre j'prends un bon 5 minutes pis j'm'analyse, but in a good way au lieu de me critiquer. Pis je remarque que je me sens plus hot si j'prends le temps de faire ça, parce que sinon je tombe vite dans la critique. » - E.

« En gros, je me cherche dans le miroir, j'arrête de chercher les images impossibles qu'on nous vend, parce que justement elles ne représentent pas la réalité pis jme mets en criss contre le culte de la beauté et de la minceur et je me rappelle qu'on m'impose ces standards, they are not mine! » - J.

« Sans vouloir être trash, je regarde mes seins, pis mes fesses, pis je les trouve vraiment juicy. Mon mari aussi. Je sais que je devrais me trouver belle sans son approbation, mais je suis pas encore complètement capable alors en attendant, ça va faire la job! » - D.

« Quand je combattais le cancer, j'ai beaucoup maigri et tout le monde me complimentait. C'était vraiment chiant, honnêtement. Mon rapport à mon corps a vraiment changé depuis, je le respecte davantage et je suis plus doux avec lui. Pis crois-moi que j'ai plus jamais félicité quelqu'un qui avait maigri. On réalise pas ce qu'on dit quand on fait ça. Moins gros veut pas automatiquement dire mieux. Tu me l'avais souvent dit, mais maintenant je le sais. Promis (rires)! » - P.

« Avant d'être malade, j'obsédais trop sur mon apparence. Maintenant que j'ai une maladie chronique, j'suis comme obligée de faire équipe avec mon corps pis de prendre vraiment soin de lui si je veux garder ma santé. Ça a comme changé mes priorités. Je lui envoie juste des bonnes ondes astheure. » - L.

« Quand je me trouve pas hot, je mets Bootylicious de Destiny's Child, je mets du rouge à lèvres, du eye liner pis j'me prends pour Wonder Woman! » - J.

« Je me dis souvent des compliments, genre c'est beau ce petit pli ici, cette vergeture est arrivée à un moment de ma vie où tout allait bien, alors c'est comme un souvenir. » - A.

« Au lieu de perdre du temps à me trouver laide, je me concentre pour trouver des moments trippants que j'ai partagés avec mon corps. On a fait des voyages, caressé des animaux, eu plein de belles expériences sensuelles, culinaires, émotives. Je suis rien sans mon corps. Je l'aime vraiment. Même quand je me trouve moche une journée, depuis quelque temps, je l'apprécie pareil. » - J.

« Quand je ne vais pas bien, j'essaie de me regarder vraiment plus dans un miroir. J'essaie de m'observer et de me rappeler l'histoire de mon corps. Et je me répète que cela ne peut pas être plus personnel, plus unique, que mon corps est la chose qui m'appartient le plus et que je dois lui faire du bien. Le fait de prendre mon corps comme une map de mon histoire, ça me rassure beaucoup. Je me répète que c'est exactement au moment où je me sens le moins bien/belle que je dois m'aimer le plus. Je me rappelle, aussi, que mon corps est apte, valide, capable. Qu'il est utile, qu'il est un outil incroyable, qu'il est complexe. Et finalement, je me convaincs de lâcher prise sur sa transformation continuelle. Au contraire, je l'aborde comme une expérience intéressante. Bon, je me suis emballée... j'ai pas de mantra en particulier sinon : compassion, compassion X mille pour soi. » - M-C.