Grossophobie au travail – Vos témoignages

Grossophobie au travail – Vos témoignages
1_SVdIGUaWqm39s5JEAn8omQ.jpg

Il y a quelques semaines, je vous ai demandé de m'envoyer vos histoires de grossophobie en milieu de travail. Voici quelques uns de vos témoignages! Merci à toutes celles qui m’ont écrit. <3


« Je suis technicienne en labo dans une pharmacie. Avec ma dernière grossesse, j'ai pris du poids. Quand j'ai demandé un nouveau sarrau et de nouveaux pantalons, on m'a répondu que j'avais juste à rentrer dans les anciens. J'ai dû m'acheter de nouveaux pantalons moi même et mon sarrau ne ferme pas au complet. J'ai rien dit, j'avais juste le goût de pleurer. Et je suis pas la seule! Mon amie a de bonnes hanches; le même gars lui a commandé des pantalons et ils ne faisaient pas. Il lui a aussi dit d'essayer de rentrer dedans! Elle l'a envoyé chier. Moi, dans ces histoires-la...j'ai plus tendance a m'écraser... »


« Je travaillais dans une boutique spécialisée en uniformes pour le milieu de la santé et de l'esthétique. J'ai quitté cet emploi, car j'étais malheureuse dans cet environnement; mes collègues étaient toutes racistes et grossophobes, et je n'en pouvais plus d'assister a tous ces actes de discrimination. Ça finissait souvent en chicane avec ma supérieure, qui me ridiculisait à coup de "Coudonc, on pourra pu rien dire icitte" Mes collègues offraient généralement un service très bête aux client.e.s de couleurs et/ou portant du 1XL et plus. Elles faisaient aussi généralement un commentaire sur le poids des client.e.s dès qu'elles entraient dans le back-store (même si le.la client.e.s était toujours à l'avant). Elles critiquaient les client.e.s "trop maigres" ou "trop gros.se.s". Il y avait un dialogue constant sur le poids, c'était assez aliénant. Je me faisais aussi souvent donner des "conseils" non sollicités sur comment m'habiller pour "avantager ma silhouette". (j'aime ça porter des pantalons oversized, laissez-moi tranquille) J'ai même vu une collègue charger un prix excessif sur une chemise de chef cuisinier faite sur mesure. Cette chemise se détaille habituellement à 40$, et ça me semble vraiment déplacé qu'elle en coûte le double pour la faire en taille 6XL. Aussi, les stocks d'uniformes pour infirmières dans les tailles 2XL, 3XL et 4XL étaient très très limités, et les modèles de ces uniformes étaient souvent très laids et dans des couleurs plus criardes que les autres. Les modèles confortables dernier cri, style pantalons de yoga pour infirmières, se font pas au-delà de la taille XL. Cette situation me rendait triste, car j'ose même pas imaginer le quotidien d'une grosse personne qui travaille dans le domaine de la santé; avec toute la grossophobie qu'il y a dans ce domaine, la moindre des choses serait de pouvoir avoir un uniforme qui a de l'allure, cristi. À plusieurs reprises, des clientes m'ont dit qu'elles n'avaient jamais eu d'aussi bon service à cette boutique que lorsque c'est moi qui les ai servies. Chaque fois, elles portaient du 2XL et +, et je ne pense pas que c'était une coïncidence, sachant comment mes collègues agissaient. »


« J'ai jamais subi de discrimination directe, ou du moins personne ne l'a fait en plein devant ma face, mais quand je vais passer une entrevue, je vais toujours observer les chaises, les toilettes, les couloirs, l'accessibilité... J'ai une maladie chronique qui fait que je me déplace avec une canne et je suis superfat. Je ne suis pas encore game de demander du matériel adapté, donc si je vois que les bureaux ont de petites chaises à accoudoirs, beaucoup de marches ou un espace qui ne m'accommode pas, je sais d'avance que je n'accepterai pas l'emploi si on me l'offre. La moitié du temps je reste debout en attendant la personne parce que je ne fais pas confiance aux chaises du lobby... »


« Il est survenu quelque chose d'inadéquat sur mon lieu de travail dernièrement : une collègue s'est vue tapisser les murs et le mobilier de son bureau de photos imprimées - à même les fournitures de bureau de l'employeur, soit dit en passant - de femmes obèses en sous-vêtements en train de manger. Cette collègue, qui est mince, m'a expliqué que son amie, une autre collègue, la traitait de grosse pour rire et qu'elle lui avait joué ce tour durant son absence. À noter que nous sommes toutes travailleuses sociales! Cette personne était aussi l'intimidatrice d'une amie lorsqu'elles étaient enfants, et devine quoi : elle la traitait de grosse. »


« Plusieurs clients du resto où je travaillais ont dit devant mon patron que ça donnait pas trop trop envie de manger en me voyant. Il ne m'a jamais défendue et il a même parfois ri avec eux. Quand j'ai démissionné, je lui ai expliqué que c'était un peu pour ça et il m'a dit « Ben à quoi tu t'attends? » Je m'attends au respect de base, le cave. J'aurais du porter plainte, mais je suis sure que ça aurait rien donné. »


« J'ai longtemps travaillé en pub, et après avoir constaté qu'on trouvait toujours une raison de me garder occupée ailleurs quand venait le temps de parler aux clients, j'ai fini par demander à une collègue pourquoi je n'étais jamais présente lors des meetings de pitch. Après avoir tourné autour du pot longtemps, elle m'a finalement avoué que notre boss trouvait que je donnerais une mauvaise image de la boîte. Il n'avait aucun malaise à s'approprier mes idées, par exemple. »


« Je travaille dans un centre de loisirs, majoritairement sportif. Tu me vois déjà venir!? Une de mes collègues est coordonnatrice de la section sports et gère entre autres la salle de muscu. Le nombre de fois où les clients ont passé des commentaires grossophobes en lien avec le fait qu'être gros ne nous confère pas de compétences en la matière est incalculable. Un client très mécontent (pour une niaiserie, mais c'est pas le point) a demandé à parler à la coordo de la muscu. Ma collègue est sortie de son bureau et s'est présentée. Le client, hors de lui, a insulté ma collègue solide. Je l'ai entendu de mon bureau. Je suis sa supérieure, alors je suis sortie aussi. Bien entendu, ça n'a pas calmé le client, mais j'avais l'autorité pour lui dire que des clients impolis, grossophobes et mal élevés, on n'en avait pas besoin, de le rembourser et de lui dire d'aller entraîner son gros ego ailleurs. On en rit maintenant, mais sur le coup....esti que c'était ordinaire. Bref. Voilà. Un centre sportif, c'est pas la meilleure place pour nous au niveau de la job. Même si on est extrêmement compétent! »


« Je suis infirmière. Je pense qu'il se passe pas une semaine sans qu'au moins un patient me passe un commentaire négatif sur mon poids. Je m'en viens très tannée. Je suis bonne dans mon travail et je travaille fort. J'ai le droit d'être respectée. »

« J'étais en train de jaser avec une collègue quand une autre arrive en trombe, nous coupe pour commencer à parler de son nouveau plan d’entraînement. « Parce que ça y est, je me suis pesée, et je suis officiellement une grosse et ce n’est pas acceptable! » De un, elle porte peut-être du large, mais probablement plus petit. De deux, dans ma tête, je me suis demandé « et moi qui suis de taille 16-18 à côté de toi, tu penses quoi à mon sujet? » C'est probablement loin d'être aussi traumatisant que d'autres histoires qui vont sortir, mais quand même fucking tannant comme commentaire! »


« Pendant une entrevue pour un poste d'hygiéniste dentaire, la personne m'a demandé si je prévoyais me faire « opérer pour ça » en pointant mon ventre. J'ai pas su quoi répondre et elle a continué en disant que si je voulais réussir dans le milieu, je devrais faire un effort pour pas faire peur aux patients. Quand elle a vu que j'avais les larmes aux yeux, elle a ajouté que c'était pour le bien des clients qui ont peur du dentiste, qu'il fallait pas que je sois trop imposante au-dessus de la chaise ou que je renverse des instruments. Normalement je sais me défendre, mais j'étais trop sonnée. Et à chaque fois que j'en ai parlé à quelqu'un, même mon chum, je me suis fait répondre que j'exagérais clairement. Depuis ce jour-là, j'enregistre avec mon téléphone quand j'ai des entrevues ou des rencontres avec tous les professionnels médicaux. »


« Je viens de finir une deuxième grossesse. Comme je t'avais mentionné pour le texte sur le médical, ça m'avait fait un bien fou d'être enceinte sur mon moral de femme grosse! Cette fois-ci, j’ai pas eu cette chance... Sur mon milieu de travail, un « collègue » n’a rien trouvé de mieux à dire que « Je pensais que t'étais juste grosse » à l’annonce de ma grossesse! J'en ai braillé, et j'en braille encore. Parfois de peine, parfois de rage! Le pire, c'est que personne a rien dit, personne ne lui a donné de coup pied aux couilles! Juste un petit rire gêné en disant « t'es con » ou « franchement »... »


« Une ancienne patronne m'a déjà dit « Tu sais, si tu veux avoir des enfants un jour, il va falloir que tu maigrisses, tu es aussi bien de t'y mettre tout de suite, en plus, tu vas bientôt passer la trentaine... »

« Une entreprise avec qui je travaille m'a demandé de les accompagner dans la sélection de candidats pour un poste. Nous avons réalisé 5-6 entrevues et plusieurs candidats n'étaient définitivement pas qualifiés. Nous en avons vu 3 qui ont retenu notre attention. Un gars, plutôt fendant, mais qui semblait motivé, et une jeune femme dans la mi-vingtaine, ronde, qui avait toutes les qualités requises. Dès sa sortie, l'entrepreneur en question m'a dit « Non, elle ça marchera pas! » Moi-même ronde, je lui ai demandé pourquoi, un peu étonnée, puisque tant qu'à moi cette personne-là était la meilleure candidate qu'on avait vue jusque là. La réponse a été bien simple « Elle ne prend pas soin d'elle, elle est grosse et ça pourrait être gênant de l'envoyer représenter l'entreprise. C'est pas ce qu'on veut dégager. » J'ai trouvé ça immonde! Surtout que moi aussi je suis ronde! Je me suis dit qu'on ne m'avait peut-être pas sélectionnée, moi aussi, dans certains postes à cause de ça? Au final, on a engagé une autre candidate, très compétente, mais beaucoup plus slim... Je me suis sentie comme une merde quand j'ai dû rappeler la candidate et patiner pour trouver des raisons un peu bidon puisque tant qu'à moi elle était parfaite pour ce poste là... Honnêtement, je l'écris, et ça me met encore tout à l'envers. Ça me révolte encore tout autant! C'est injuste, une grosse n'est pas moins qualifiée pi moins compétente, et l'apparence reliée au poids ne devrait jamais être une barrière à l'avancement d'une carrière. »


« 1 - Me faire demander si je suis enceinte à tour de bras, tout le temps. 2 -Me faire proposer des régimes par des filles qui en suivent et qui pèsent 130 livres. En fait, qu'on parle de régime devant moi me rend particulièrement mal à l'aise. J'ai beau leur dire et répéter que ça ne m'intéresse pas, ça revient sur le tapis au moins une fois par mois. Si c'est pas plus... 3 - Un jour, j'ai raconté au retour d'une fin de semaine que j'avais fait la Classique du parc Lafontaine à la course. 5 km. Je me suis fait zieuter par des collègues de pied en cap avant de me faire dire « Ah ouais? C'est... c'est surprenant ». 4 - Toujours dans le cadre du sport à l'école, j'ai proposé d'aider ma collègue qui gère le club de course. Ma collègue en était ravie, mais d'autres m'ont dit « Ben là, t'es sûre que tu en es capable? » 5 - Au dîner, les « C'est bien de manger plus de légumes, tu te prends en main » quand j'explique que ma mère m'a donné un livre de recettes véganes. »

« À mon ancien bureau, ils organisaient toujours des défis minceur genre perdre X livres en X semaines avec des prix à gagner et tout. Je trouve ça vraiment malsain comme activité sociale, mes deux sœurs et ma mère ont des troubles alimentaires et maigrir c'est pas un sport, et je refusais toujours de participer. Il y a trois mois, on m'a mise dehors, et une des raisons données était que je participais pas assez et que je correspondais pas à la culture de l'entreprise qui veut que tous les employés soient la meilleure version d'eux-mêmes. Je fais régulièrement du jogging et je suis en thérapie, mais j'imagine que ça vaut rien si je le fais pas pour perdre X livres par mois. »


« Je devais passer une colonoscopie, donc j'ai averti mon patron de la journée à prévoir pour mon absence. Il m'a expliqué qu'il a lui aussi déjà passé ce type d'examen. Je lui demande si c'est douloureux, et lui de me répondre « Je ne sais pas pour des personnes comme toi, mais puisque je suis un gars en forme, personnellement ça n'a pas été douloureux. » Ça faisait 2 mois que je travaillais dans cette firme d'ingénierie. Ce n'était que le premier d'une longue lignée de commentaires tendancieux. »


Je… Vais même pas COMMENCER à m’exprimer sur le sujet, sous peine de jamais arriver à me taire. En terminant, pour celles et ceux qui l'auraient manqué, vous m'avez aussi envoyé vos témoignages de grossophobie chez le médecin. À lire ici pour être fru pour toujours.

PS : La photo de couverture en est une de Kate Smith, une chanteuse et animatrice radio américaine excessivement importante et talentueuse qui se faisait obvi constamment emmerder pour son poids. Lisez ça si ça vous intéresse!