Portraits - Gabrielle

Portraits - Gabrielle
_DSC0732-2.jpg

Il y a quelques semaines, une photographe du nom de Maude Colin m'a contactée pour me proposer un petit projet photo/entrevues avec moi, certaines collabos et peut-être quelques lectrices du blogue. Le concept est tout simple; des portraits, naturels, casual et sans la moindre retouche, avec un petit texte qui répond à une question choisie sur l'expérience de la vie dans un gros corps. Ça va s'appeler Portraits. INCROYABLE, JE SAIS. J'aime vivre dangereusement.

Pendant le shooting, Maude m'expliquait qu'elle voulait offrir à ses modèles une expérience photo qui se compare à un acte de self-care, comme aller au spa ou prendre un mental health day off de la job; quelque chose qu'on fait pour soi.

J'ai trouvé ça très intéressant parce qu'en tant que femme, on nous dépossède souvent de notre propre image; on nous entraîne à chercher la validation de notre beauté dans le regard des autres, tout en nous décourageant de la cultiver pour nous-mêmes. Sans grande surprise, être une grosse qui prône l'amour-propre sur internet est une expérience semblable; on s'attend de nous à ce qu'on supplie sans cesse la société de nous accorder le respect, et on nous dénigre quand on choisit finalement de s'accepter, telles quelles, sans attendre l'approbation des autres. C'est la recette miracle pour nous garder malheureuses, powerless et constamment en train d'essayer de se prouver à des gens qui peuvent à tout moment décider qu'on ne vaut plus rien.

Merci, mais non merci.

On entame donc la série avec ma grosse face et la question suivante : Pourquoi as-tu décidé de te faire photographier dans le cadre de ce projet-là?

La réponse est simple : parce que ça me terrifie. J'ai beaucoup de mal à laisser les autres me photographier, s'approprier mon image, parce que j'ai passé tellement de temps à me réconcilier avec mon reflet dans le miroir. Et si je suis ok avec lui, aujourd'hui, un selfie reste un selfie et moi, je reste en contrôle. Accepter de laisser l'oeil d'une autre personne voir ma beauté à sa façon me fait peur. Mais je tiens à travailler là-dessus. Même si c'est très clair pour moi que je ne veux pas que ce blogue se concentre sur moi comme individu, mais soit plutôt une plateforme pour les gens qui partagent ma cause (d'ailleurs ça fonctionne très bien, des personnes proches de moi m'envoient encore parfois des liens vers mes propres textes en me disant que ça risque de m'intéresser, suite à quoi je me moque d'eux allègrement :D), mon processus d'acceptation est aussi valide que celui d'un autre et il mérite, lui aussi, sa place ici. Et là je réalise que je suis en train de me justifier à moi-même de parler de mon propre fat ass sur mon propre fat blog, omg adieu -_-

Bref, c'est pour ça que j'ai accepté de starter cette petite série avec Maude Colin. Elle est venue chez moi un lundi matin et m'a photographiée sur mon divan, habillée en mou, avec mon café. J'étais turbo timide. Je suis pas quelqu'un de tellement public, je fais énormément d'anxiété sociale et je suis un peu control freak. Je me suis prêtée à l'expérience parce que j'avais besoin de lâcher prise, et d'élargir un peu ma vision de moi-même pour englober celle des autres. Et je suis encore en vie. #win 

_DSC0706.jpg
_DSC0707.jpg
_DSC0744.jpg

 

Pour voir davantage de photos, allez faire un tour sur le site web de Maude Colin Photographie! Profitez-en donc pour la liker sur Facebook et Instagram!