Mon médecin me déteste

Mon médecin me déteste
N._Minovici_și_Rainer,_necropsie,_ca._1900.jpg

Je sais jamais comment l'amener, mais je veux vous parler de ma situation avec mon médecin depuis longtemps. Sans rentrer dans les détails, j'ai quelques petits cossins de santé qui clochent, et j'essaie tant bien que mal de régler ça en collaboration avec un docteur grossophobe comme le câlisse, qui tentait hier encore (pas une façon de parler - ACTUAL hier encore) de me prescrire un régime, aka une méthode qui échoue dans 95% des cas et qui a plus de chances de nuire à ma santé à long terme que de l'améliorer. Non seulement il m'écoute pas, mais il m'ignore carrément quand j'essaie de lui dire que je veux pas utiliser mon poids comme mesure de mon état de santé, simplement parce qu'il ne l'est objectivement PAS. Mais peu importe comment j'arrive à en parler avec vous autres, ou pour les autres, j'ai vraiment du mal à faire une phrase complète quand j'ai peur pour ma vie dans un cabinet qui sent le désinfectant, devant quelqu'un qui, consciemment ou non, me considère comme un sous-humain qui mérite ce qui lui arrive et sur qui il ne vaut pas la peine d'intervenir. J'ai pas besoin de vous dire à quel point c'est difficile et déshumanisant de devoir faire confiance, voire mettre sa vie entre les mains, de quelqu'un qui vous hait.

Long story short, je souffrais d'une condition quand même sérieuse, souvent associée aux gros corps, depuis plus de dix ans. (Je crois pas être en danger immédiat, FYI) Et parce que je suis grosse, on a toujours refusé d'investiguer. Récemment, j'ai insisté vraiment beaucoup, entre autres parce que vous me donnez la force de le faire, et on a fait des tests qui semblent révéler que non seulement ma condition n'avait rien à voir avec mon poids, mais qu'en plus, à force de la laisser aller et de me dire de maigrir pour l'améliorer (ce que j'ai fait, par moments, et ça a rien changé), elle avait commencé à maganer mon système de façon quand même importante. La seule chose que mon poids a fait de négatif pour ma santé, jusqu'ici, est d'aveugler mes médecins qui ont laissé progresser une situation inutilement longtemps au point de potentiellement raccourcir ma vie. Et après avoir découvert tout ça, commandé d'autres tests et tout, sa collègue a commencé à me dire qu'ensuite ils voulaient entamer un suivi en perte de poids "parce que quand même il va falloir". J'ai juste braillé, j'ai dit non, elle m'a ignorée, j'suis partie. Ça, c'est les gens qui ont le pouvoir sur ma vie. C'est super sécurisant.

J'ai toujours dit à mes proches que ça avait pas de sens d'avoir un si important symptôme, que mon poids à lui seul pouvait pas justifier ça. Et c'était évident. Mais ils étaient trop occupés à me punir pour réfléchir, I guess. J'essaie de pas prendre ça comme un message qui me dit que ma vie vaut pas d'la marde pour eux tant que je rentre pas dans le cercueil size Small qu'il m'ont choisi, mais j'y arrive moyen. C'est ma propre vie, ma propre santé, que je chéris et cultive de plus en plus et avec de plus en plus de plaisir, et j'ai pas la force de me battre, Je devrais pas avoir à me battre.

Je sais que j'ai raison et qu'ils ont tort. Mais c'est eux qui ont le pouvoir. So je le dis ici, parce que j'suis hypocondriaque, ok, mais pareil: si je meurs, c'est leur faute. Pas celle de mon gras. Je fais rien de mal, crisse. Je fais tout ce qui faut. Mais je refuse de me haïr une osti de journée de plus, et ils semblent incapables d'accepter ça. Ils me parlent comme si j'avais douze ans. Tout le monde fait ça. Parler aux gros comme s'ils étaient caves. Parce que c'est ça que les ignorants pensent de nous. On l'oublie, des fois, à force de bien s'entourer, mais ils nous détestent.

Vous avez pas idée du nombre de conversations mentales que j'ai eu avec mon médecin de famille. "As-tu besoin que je mette un drap par-dessus mon corps pour que tu me voies, MOI, au-delà du gras? Mon poids est pas une représentation visuelle de mon état de santé en général, pis si tu faisais ta job comme il faut tu le saurais, mais en attendant j'ai besoin de toi, so peux-tu prétendre trois secondes que je suis mince et juste me prodiguer les soins auxquels j'ai droit sans me faire me battre pour te convaincre de mon humanité? Juste une osti de fois?"

Évidemment, rien à faire, je réussis zéro à dire ça. Pas sans brailler, anyway. Et braille au médecin en étant grosse et une femme, voir. T'auras jamais perdu ta crédibilité aussi vite. Un poupon serait davantage pris au sérieux.

Il devrait exister un système de location de personnes minces qui vont chez le docteur à notre place, histoire de pouvoir être traitées comme des humains par des professionnels qui ont envie de sauver leur vie. Ils se crissent tellement de nous. Le mien, qui me suit et me fat-shame depuis des années, m'a jamais demandé, pas UNE SEULE FOIS, si je faisais de l'activité physique, ce que je mangeais, si je buvais de l'alcool, whatever. Zéro fois. Genre il a aucune idée. D'autant plus que mes réponses contrediraient clairement sa narrative, mais bon. Il présume des affaires, me néglige en conséquence, me recommande à chaque visite d'aller me faire amputer le système digestif contre mon gré ou de gober des pilules qui risquent de me tuer et somehow je suis censée lui faire confiance avec ma santé? C'est sans doute la personne dans ma vie qui en sait le moins sur celle-ci. Et qui care le moins, aussi. Et à mon plus vulnérable, c'est devant lui que je suis assise, à essayer de savoir comment je peux aider ma situation pour pas crever sans jamais obtenir de réponse parce qu'il fait une fixation sur la largeur de mon cul. C'est pas normal. C'est pas OK.

Je devrais changer de médecin, I guess. Mais à la vitesse où notre système va, le temps de magasiner un autre médecin de famille qui sera pas égal ou pire, je vais avoir 95 ans. En espérant me rendre jusque là.

Bref, tout ça pour vous pitcher un lien vers un incroyable podcast que je viens de finir et qui tombe vraiment à point, pour moi. Vous devriez ABSOLUMENT l'écouter. Ragen Chastain est une activiste et athlète incroyable et Food Psych est mon podcast favori dans son genre. Elles parlent du biais négatif envers les gros dans le milieu médical, entre autres, des mensonges entourant l'impact du poids sur le santé et le WLS, et d'un tas d'autres trucs. Les écouter m'a acheté une autre genre de semaine de santé mentale. Au moins je me sens comprise, pis validée, pis un jour peut-être que je trouverai les mots pour expliquer tout ça à mes médecins sans devenir un tas de morve incompréhensible.

C'est en anglais, j'espère que vous le comprenez assez bien, mais je vous promets que ça vaut la peine. Écoutez-le ici.

Je vous aime vraiment fort, vous êtes fantastiques, et ça serait vraiment pire si vous étiez pas là pour me soutenir, me faire loller et me donner une raison de pas courber le dos. Certains jours, c'est plus facile que d'autres. Pas aujourd'hui.

<3 Gab