Collabo - Séduction virtuelle: une fatty sur Tinder

Collabo - Séduction virtuelle: une fatty sur Tinder
14837259957_ee1516134a_k.jpg

Tinder, Bumble, Hot or Not, OkCupid, name it: y'en a un char pis une barge de ces applications toutes plus trendy les unes que les autres pour trouver l'amour. Ou un one-night. Ou un dog-sitter. Peu importe ton objectif. Dans tous les cas, on peut en conclure que de tomber sur notre prochain crush dans un bar, ça semble aussi passé date que le fond de yogourt qui traîne dans ton frigo depuis... bonne question.  

Je ne suis évidemment pas étrangère à ces réseaux et ai, à maintes reprises, rouvert mon compte Tinder pour supprimer l'app un mois plus tard. Ça m'arrive quelques fois dans l'année, dans des moments où je me sens un peu trop toute seule et qu'avec la force du désespoir, je mets ma confiance entre les mains des inconnu.es qui défilent sous mes doigts. Je change donc toutes les vieilles photos et, par le fait même, ma description à chaque nouvelle connexion.

Ça, c'est le moment fatidique, c'est ce que tu veux pas manquer: tu veux être cute sur tous tes selfies, mais tu veux aussi être intéressante pis drôle (dans la mesure du possible). Dans mon cas, vient aussi le temps de choisir si je mentionne que je suis grosse ou si je laisse faire. Est-ce que je fais ça ben simple pis je poste un full-body shot ou je ne fais que le dire dans ma bio? Personnellement, pour moi, le choix est facile: j'en fais une joke pour que ça passe dans le beurre. Ça aide à filtrer aussi, tsé. Pourtant, je ne devrais pas avoir à me poser la question... je ne devrais pas avoir à émettre un avertissement.

En lisant ceci, j'ai pris conscience de l'ampleur que ce genre de décision peut prendre pour les autres. En effet, force est d'admettre que d'être une fatty sur les sites de rencontre, ça marche pas tout le temps. Aussi bien dire que c'est souvent dry même... à moins que tu tombes sur des fétichistes aguerri.es pis là, pendant un moment, t'es flattée, tsé, mais tu finis par comprendre assez vite qu'on t'objectifie et c'est un retour à la case départ. Ou bien tu rencontres quelqu'un qui essaie de te convaincre que t'es pas grosse, que pour lui, c'est pas un problème, mais finalement cet humain décide de ne jamais te présenter ses ami.es pour toutes sortes de raisons vraiment louches jusqu'au jour où tu allumes: il a honte de moi en public. Il me trouve ben cute dans son lit, mais sait pertinemment que je fitte pas dans le moule et il assume pas. Accessoirement, il considère le qualificatif ''grosse'' comme étant un terme péjoratif alors que t'essaies de te le réapproprier. C'est wrong. Red flag. Alerte.

 Pire encore: on essaie de te rentrer dans la tête que t'es chanceuse qu'on te trouve cute, que tu devrais vraiment être reconnaissante, qu'au moins, t'as un beau visage. D'ailleurs, la personne qui te dit ça se considère comme un héros et pense mériter qu'on le lui dise. Tout le monde doit savoir que cet humain est ouvert d'esprit. Tu deviens alors un peu comme son trophée, la preuve tangible qu'il est une bonne personne. Sentir qu'on a besoin d'avertir l'univers qu'on est grosse, c'est lourd. Il n'est tout simplement pas normal qu'il soit considéré comme étant révolutionnaire d'avoir l'oeil sur une personne grosse. On en vient à croire qu'on se retrouve sur les dating apps pour la simple et bonne raison qu'on n'a aucune chance, qu'on n'a pas assez confiance pour aborder les autres dans la vraie vie. Bullshit.

Être fat sur Internet, c'est ouvrir la porte à toutes les opinions du monde sur ton corps. Je ne m'attarderai pas sur ce qui est straight-up une insulte: vous savez déjà ce qu'est le fatshaming et combien l'Internet en est un vecteur important. Ainsi, si j'ose poster un selfie en maillot de bain, je vais, à tous coups, me faire dire que je suis courageuse ou un truc dans le genre: «J'aime ben ça moi les bourrelets.» … ok? Et je devrais être soulagée que ce soit le cas? Merci de me valider, vraiment, j'en avais besoin (not). Pourtant, lorsqu'une photo d'une fille de grosseur standard en bikini poppe, la question ne se pose pas: elle est cute ou du moins, ça lui va bien, elle le rock, you know.

Vous savez, c'est absolument incroyable de se faire dire, en plein milieu d'une date, que c'est la première fois que ton partenaire sort en public avec une chubby, qu'il est content de l'avoir fait, mais que jamais il n'aurait cru ça possible. Tout ça avec la même prémisse: ''Le prends pas mal, mais...''

Guess what? Je le prends mal. Ce n'est pas parce que je n'ai pas confiance en moi, mais tout simplement parce que j'ai pas envie d'avoir à te remercier de me trouver cute. Je ne suis pas une expérience ni un événement. Je ne suis pas non plus un trophée ou un objet que tu peux brandir à la face des autres pour leur prouver que tu es un être d'exception. Je ne suis pas un essai et encore moins une erreur. Je suis entière et je me suffis.

Avec ma graisse or not.