Fat yoga - 3 trucs pour les débutantes et une tonne de fangirling

Fat yoga - 3 trucs pour les débutantes et une tonne de fangirling
credit: @mynameisjessamyn

credit: @mynameisjessamyn

Ces dernières années, les choses commencent vraiment à changer pour les filles de ma grosseur. Sur internet, en tout cas. (La vraie vie finira bien par suivre.) On peut y trouver du linge - qui nous donne pas l'impression de porter une PUNITION trop large trop courte à 100$ pour un carré awkward de polyblend à motif du démon - et des beaux exemples de filles qui vivent juste une vie normale et heureuse en s'avérant être grosses. Parce que des fois, à force de se faire dire qu'on peut rien faire et qu'on devrait constamment se contenter de moins et manger du brocoli en se flagellant, on finit par le croire.

À ceci je dirai, vous l'aurai deviné - fuck that.

Bref, c'est sur internet que j'ai découvert Jessamyn Stanley. C'est une prof de yoga qui n'est, attention: pas une jeune modèle blonde avec des fesses de la largeur de ma main qui sue jamais (pas que ce soit mal, mais je ne m'y identifie pas tellement). Elle est magnifique, son corps est une merveille de force et de flexibilité et, surtout, elle est super authentique. Et elle me ressemble. Son approche n'a rien de l'aspect bullshit de la culture du yoga gossant sur IG, avec les headstands sur la beach et les bols de chia en contre-plongée qui puent le post commandité à plein nez. Juste du yoga et de la personnalité qui lui sort par les oreilles.

Je me suis inscrite à ses cours sur l'app Cody (où on peut acheter des cours de yoga et en suivre d'autres en direct pour vraiment pas cher et n'importe où/quand - ultra pratique pour vrai) après l'avoir découverte sur Instagram et être tombée en amour avec elle. Ça a changé ma vie.

Je crois que je serai jamais très sportive mais le yoga, même durant les périodes où je suis moins assidue (comme ces temps-ci...) m'a permis d'établir un contact avec mon corps que j'avais jamais ressenti avant. Je sens vraiment la différence, surtout les jours où j'ai l'impression de le traîner comme un sac de bouette lourd qui coopère pas. Une fois la douleur des premières semaines passées (parce que oui, comme tout sport, au début c'est brutal), j'ai commencé à mieux dormir, je me suis sentie devenir plus flexible, plus solide, plus en contrôle de mon enveloppe. Ça travaille la respiration, ça a diminué mon anxiété. J'ai enfin eu une raison valable de magasiner des cool vêtements de sport - plein de liens plus bas - et je me suis sentie vraiment, vraiment mieux. J'ai l'impression que mon corps est attaché après moi. De vraiment vivre dedans. Et ça m'aide à l'aimer. Pour vrai, commencer le yoga est une des meilleures décisions que j'ai prises de ma vie.

Et je le dois entre autres au fait que j'ai la meilleure prof. 

credit: @mynameisjessamyn

credit: @mynameisjessamyn

Elle enseigne le vinyasa yoga, soit une forme de pratique où tu bouges assez rapidement et sans arrêt. Pas de tenage de poses super longtemps. Je sais pas si mon cerveau hyperactif pourrait survivre à ça anyway. Elle a adapté certains mouvements pour les corps plus volumineux et, croyez-moi, ça change tout. Certaines poses ont quand même été dures pour moi, parce qu'on n'est pas toutes faites pareilles, mais elle donne des trucs, des alternatives, est supra encourageante et, surtout, ne cesse de répéter quelque chose que le yoga mainstream semble oublier: ce qui compte, c'est pas de quoi on a l'air mais bien comment on se sent.

Au début, c'est dur de garder le rythme. C'est teeeeellement plus difficile qu'on croit et j'ai fini mon premier cours en larmes la face effouarée sur mon matelas. Mais avec le temps (c'est une question de jours, c'est pas SI pire), on pogne le rythme, on s'habitue, on reconnaît les mouvements et on progresse. Et ça c'est juste merveilleux.

Voici donc trois conseils pour celles qui ont envie d'essayer:

Laissez-vous un peu de temps. C'est vraiment dégueulasse au début mais PROMIS, ça devient mieux vite et ça vaut vraiment la peine. Éventuellement, ça rentre. Soyez patientes. Ça fait partie de la pratique anyway. Namaste pis toutte.

Faites confiance à votre corps. Il va vous surprendre. C'est vraiment une machine hallucinante et c'est tellement trippant de découvrir tout ce qu'il peut faire et d'apprendre à le connaître un peu mieux. Ceci dit, acceptez aussi ses limites. "Don't think about how it looks, pay attention to how it feels", comme dit ma prof. C'est la sensation qui t'indique si tu travailles ou pas.

Si, comme moi, l'idée d'aller grogner et suer dans un studio de Villeray remplie de chicks trop zen qui peuvent mettre leurs jambes derrière leur tête vous angoisse à mort, essayez Cody. C'est tellement pratique comme format. Pas cher, non plus. Il y a souvent des rabais sur l'instagram de Jessamyn (à suivre absolument) @mynameisjessamyn

Je vous laisse sur ces mots inspirants de Jessamyn, dans une vidéo qu'elle m'a faite pour répondre à des questions que j'avais après mes premiers cours parce que c'est la plus merveilleuse prof ever:

"As women we're really taught that your body is supposed to look a certain way and when it's not, when you're larger-bodied, you end up apologizing for it your whole fucking life."

Je sais pas pour vous, mais moi j'ai fini de m'excuser. Je prends la place que je prends. Deal with it. <3

Pendant que j'y suis, je vous invite à m'écrire si vous avez des questions, des inquiétudes ou besoin d'une cheerleader à ce sujet. :)

 

Ok! Voici des liens:

La vidéo où Jessamyn répond à mes questions de survie aux premiers cours et de Child's Pose quand t'as une bédaine, entre autres. 

Le site de Cody App (J'ai aussi acheté le cours Making Shapes, de l'incroyable Dana Falsetti - @nolatrees - qui est très cool.)

Quelques vêtements de sport que j'adore:

Rainbeau Curves

Lineage

Full Beauty Style